Aller au contenu
Le scénographe est chargé de mettre en place les expositions

Tout savoir sur le métier de scénographe en 2024

Dans le monde de la muséographie et de la mise en scène de spectacles ou d’expositions, le scénographe est devenu indispensable. En effet, ce professionnel joue un rôle crucial tant dans la conception que dans le conseil des projets, apportant son expertise et son expérience à chaque étape du processus.

Ce métier vous intéresse ? Dans cet article, vous trouverez les attendus de cette filière, avec une mise en lumière de son évolution récente et de son impact sur les pratiques artistiques et culturelles contemporaines. Vous découvrirez aussi comment notre borne audio à conduction osseuse peut aider les scénographes à se démarquer dans un milieu professionnel très concurrentiel.

La scénographie : bien plus qu'un simple design d'espace

En 2024, le travail du scénographe ne se limite pas à l’agencement spatial d’une exposition. Ce dernier doit être performant et innovant dans plusieurs domaines.

Pas uniquement un travail scénique

A la fois décorateur et architecte, fusion d’artiste et de technicien, le scénographe déploie sa créativité au service d’une œuvre d’art, d’un projet audiovisuel ou d’un spectacle vivant, explorant un éventail de possibilités où l’esthétique s’accorde au style du projet.

La scénographie est ainsi un domaine où l’art et la technique se rejoignent afin de créer des environnements visuels et sonores uniques et mémorables. Ainsi, et contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, le travail de conception du scénographe ne se limite pas à la simple décoration d’un espace, mais fait appel à sa vision d’ensemble dans des contextes variés tels que :

  • le théâtre
  • le cinéma
  • la télévision
  • les événements d’entreprise
  • les expositions
  • les musées
  • les espaces publics
  • etc.

La mise en scène des émotions

Un décor parfait n’aura que peu d’impact dans l’imaginaire des gens s’il ne dégage aucune émotion. C’est pourquoi les scénographes doivent aller plus loin que le simple aménagement spatial. Ils endossent donc le rôle de metteur en scène en agrégeant toutes les composantes nécessaires à la transmission du message que veulent faire passer leurs clients.

C’est pourquoi, en plus de requérir des qualités techniques essentielles, le métier de scénographe exige une compréhension approfondie des relations entre architecture, lumière, couleur et son pour les mettre au service des émotions que la scène construite doit susciter chez les (télé)spectateurs.

Une expertise artistique et technique

La recherche de la bonne alchimie entre contraintes techniques et artistiques amène le scénographe à faire des choix en fonction du lieu qu’il a à sa disposition.

  • Dans un musée, il orchestrera la mise en scène et en valeur des œuvres tout en optimisant les flux de visiteurs dans les salles. Sans perdre de vue le message clé de l’exposition.
  • Sur un plateau de télévision, il créera l’ambiance souhaitée en tenant compte des contraintes de caméra et de la présence des invités.
  • Au cinéma et au théâtre, il reproduira des décors authentiques ou fabriquera de toutes pièces des environnements imaginaires qui serviront au mieux l’histoire racontée.

La phase de conception d’une scénographie débute souvent par des esquisses et des plans. En jonglant avec les dimensions, les matériaux et les palettes de couleurs, le professionnel intègre les diverses contraintes budgétaires, techniques et réglementaires. L’utilisation de logiciels de CAO lui permet de donner vie à des maquettes en 3D, offrant ainsi une vision précise des aspects techniques tels que le placement des lumières, les trajectoires sonores et les mouvements des acteurs, invités ou visiteurs. Une fois les maquettes validées, le scénographe supervise la réalisation des décors par une équipe de constructeurs.

Comment devenir scénographe ?

Devenir scénographe demande une formation artistique et technique : études en arts visuels, en architecture d’intérieur, en design d’espace, voire en arts du spectacle. Un bagage théorique solide combiné à une pratique intensive est souvent nécessaire pour se spécialiser et exceller dans ce domaine.

Outre les compétences académiques, la créativité, la capacité à travailler en équipe et à communiquer efficacement sont des qualités essentielles pour réussir professionnellement. De plus, l’expérience pratique, que ce soit par le biais de stages ou de projets personnels, est cruciale pour se démarquer dans le monde de la scénographie.

Pour ceux qui souhaitent se former au métier de scénographe (aussi nommé décorateur-scénographe), l’ONISEP propose une fiche métier ainsi qu’une liste des formations et des parcours scolaires pour y parvenir. Parmi les options possibles, on trouve des BTS Design d’espace, des DNMADE (Diplôme National des Métiers d’Art et du Design), des licences et des masters en arts du spectacle ou en design scénographique.

Côté rémunération, et toujours selon l’ONISEP, un scénographe diplômé de niveau BAC+3 débute en tant qu’intermittent du spectacle à minimum 2300€ bruts par mois.

La borne audio Losonnante : un outil unique à la disposition des scénographes

Dans le domaine de la scénographie, l’innovation joue un rôle de plus en plus important. La technologie unique au monde de la borne audio Losonnante permet de sortir du lot car elle offre aux scénographes une nouvelle dimension dans la création d’expériences immersives. Grâce à son design élégant et à sa qualité sonore exceptionnelle, la Losonnante permet de transformer n’importe quel espace en un environnement captivant.

Voici comment nous travaillons avec les scénographes :

La prise de contact

Les scénographes nous contactent lors de la conception de leur projet et nous en exposent l’intention et la thématique. Ils prennent des renseignements, nous les conseillons sur le contenu sonore, ce qui est le plus approprié mais aussi ce qui ne l’est pas.

Nous leurs présentons également la façon d’intégrer au mieux notre dispositif en donnant des informations plus techniques sur nos produits (dimension du boitier, hauteur requises, type d’alimentation, etc.)

L’équipe de Losonnante accompagne les scénographes du début à la fin de leur projet sonore

La première "réunion de chantier"

Lorsque leur projet entre dans une phase plus avancée, nous commençons à parler de l’accompagnement sonore. Nous entrons alors dans le détail avec en particulier l’étude des plans de l’exposition et discutons du contenu envisagé.

Notre expérience sur l’implantation du dispositif Losonnante dans divers lieux d’exposition nous permet de fournir au scénographe des retours précieux dont il pourra se servir pour affiner son projet. A cet instant, nous évoquons avec lui les problématiques et contraintes d’emplacement, d’environnement sonore, de contenu à diffuser, d’ergonomie du mobilier envisagé, etc.

La création sonore et l'implantation sur site

Si nous devons créer le contenu inclus dans la borne audio, nous faisons des propositions et explorons comment traduire en son et/ou en voix les intentions du scénographe. Toutes ces étapes précèdent la phase de création sonore.

Nous validons les textes avec éventuellement une oralisation. Nous proposons des échantillons de voix et réalisons les enregistrements. Après une phase nécessaire d’aller/retours, nous aboutissons à la version définitive.

Une fois le son validé, nous le filtrons afin d’optimiser le rendu pour une écoute dans la Losonnante puis notre équipe se charge d’installer la borne sur site.